Huile de coco pour le visage : doit-on s'en méfier ?

Huile de coco pour le visage : doit-on s'en méfier ?

Écrit par Juliette Lailler le

L’huile de coco, reine de beauté ? Comme pour beaucoup de sujets, la réponse n’est ni blanche, ni noire, mais plutôt grise. L'huile de noix de coco a été portée aux nues ces dernières années, plébiscitée pour son côté multi usages (alimentation, cheveux, corps, visage) et sa puissance nutritive. Pourtant, il s'agit d'une des huiles les plus comédogènes : utilisée en soin du visage, elle a tendance à obstruer les pores et favoriser l'apparition de comédons.  Comment s’y retrouver ? Quel danger représente-t-elle pour la peau ? Comment la remplacer ?

 

Quel type d’huile de coco privilégier pour le visage ?

Huile de coco pour le visage comment choisir

 

Il existe deux types d’huiles de coco : l’huile comestible et l’huile cosmétique.

Pour les cheveux, l'huile alimentaire peut faire l'affaire, mais pas pour un usage cutané. 

Tous les produits cosmétiques sont soumis à une réglementation européenne (Règlement CE N°1223/2009) qui rend obligatoire un certain nombre de tests : stabilité du produit dans le temps, irritation cutanée et oculaire, microbiologie… Les huiles de cuisine ne sont pas soumises aux mêmes tests.

Il faut différencier :

• L'huile de coco vierge obtenue par pressage à froid de la pulpe fraîche de la noix, à privilégier.

• L'huile de coco raffinée, dite huile de coprah, obtenue par pessage à chaud de la pulpe de noix de coco préalablement séchée, qui, elle est raffinée et désodorisée, à éviter. C'est elle qu'on retrouve dans de nombreux produits alimentaires et dans le monoï.

 

L’huile de coco donne-t-elle des boutons ?

Le principal méfait de l’huile de noix de coco, c’est qu’elle est comédogène. Quand on parle d'huiles ou de crèmes « comédogènes » lorsque le produit ne pénètre pas bien et forme à la surface de la peau une couche non respirante, qui obstrue les pores et favorise ainsi la formation d’imperfections, notamment de comédons et de micro kystes.

Les huiles végétales sont classées selon une échelle de comédogénicité allant de 0 à 5 (à retrouver dans cet article). On estime qu’une huile est non comédogène quand son indice de comédogénicité est inférieur à 2. L’huile de coco a l’un des indices de comédogénicité les plus élevés : 4 sur 5.

Elle est donc particulièrement déconseillée en application visage pour des peaux grasses ou à tendance acnéique qui produisent naturellement plus de sébum : elle a tendance à obstruer les pores et accélérer la formation de comédons.

 

J’ai la peau sèche : est-ce que je peux utiliser de l’huile de coco ?

L’huile de coco permet d’assouplir la peau et d’éviter son dessèchement. Elle est donc intéressante en utilisation corps, moins comme soin du visage, encore moins pour la zone autour des yeux, même sur une peau sèche. Contrairement aux peaux grasses, si vous avez une peau sèche, vous êtes moins concerné(e) par le risque comédogène, mais vous avez tout à gagner à privilégier des huiles végétales tout autant nourrissante que la coco mais non comédogènes. L'huile de coco peut être formulée dans une texture crème, il faudra alors être vigilant sur la composition de l'ensemble du produit.

 

Par quelle huile remplacer l’huile de coco pour le visage ?

    Ces huiles ont des indices de comédogénicité faible et sont pour autant très nutritives. Nous les recommandons car il s'agit d'huiles non exotiques qui peuvent exister en origine France.

    Huiles végétales comédogènes - échelle de comédogénicité

    En particulier :

    • Si vous avez la peau mixte à grasse : huile de noisette, de chanvre ou de nigelle

    • Si vous avez la peau sèche : huile de caméline, d’argan, d’onagre ou de noyaux d’abricot.

     

    Toutes les huiles de coco à mettre dans le même panier ?

    Si vous tenez à tester l’huile de noix de coco, privilégiez une huile vierge bio non raffinée. Entre une huile de coco vierge et une huile raffinée, qu'elle soit estérifiée ou hydrogénée, l'écart de prix pour le fabriquant est énorme. Les huiles vierges sont donc plus rares, plus chères et certaines marques peuvent manquer de transparence sur le procédé utilisé, ce qui ne facilite pas la tâche !

    Un conseil : pensez aussi à préserver toutes vos huiles végétales de l’air et de la lumière pour ralentir leur oxydation.

     

    Comment peut-on utiliser l’huile de coco ?

    Vous l’aurez compris, nous vous déconseillons l’utilisation de l’huile de coco comme soin visage, même pour des peaux plutôt sèches. Elle peut néanmoins être intéressante sous d’autres utilisations :

    • Huile de soin pour le corps notamment au niveau de zones sèches comme les coudes ou les talons (éviter les zones pouvant être touchées par l’acné comme le dos)

    • Huile de massage (bien-être, vergétures ou cicatrices sur le corps)

    • Base pour un exfoliant corps

    • Bain de bouche assainissant et blanchissant (pratique ayurvédique)

    Attention : sous la douche ou dans le bain, l’huile de coco peut laisser un film très glissant. Elle peut également boucher les canalisations en refroidissant (seulement dans le cas d’un usage excessif).

    Que penser de l'huile de coco pour les cheveux ? L'huile de coco, très concentrée en acide laurique, a un effet galbant immédiat pour le cheveu mais elle ne répare pas en profondeur. Un effet cache misère qui peut faire illusion, mais peu réparateur à long-terme pour les cheveux.

     

     

    L’huile de coco est-elle en bon anti-rides ?

    Comme toutes les huiles végétales, l’huile de coco a des vertus assouplissantes pour la peau. Elle contient aussi de la vitamine A et de la vitamine E. Mais elle n’a pas de vertu traitante anti-rides spécifique : elle n’agit pas pour les combler et n’intervient pas non plus dans la lutte contre les radicaux libres. Des actifs soin dédiés bien plus efficaces existent !

     

    Des huiles plus locales pour remplacer l’huile de coco ?

    L’huile de coco provient majoritairement des Philippines, d’Indonésie, d’Inde, du Vietnam et du Mexique. Bien que l’exploitation des cocoteraies soit moins décriée que celle des palmeraies dédiées à l’huile de palme, l’impact carbone du transport jusqu’à chez nous est à prendre en compteDes huiles de grande qualité, moins comédogènes plus locales existent, comme la caméline, la noisette ou le chanvre… pourquoi s’en priver ?

    Voici quelques exemples d'huiles plus locales 🇫🇷 : 

     

    Huiles végétales françaises non comédogènes

     

    Vous pouvez les acheter pures, ou privilégier des produits qui les associent en plus à des actifs cosmétiques pour une performance plus ciblée 👇

    Pour rééquiilibrer le microbiome (peaux fragilisées, sèches, eczéma ou acné) :

     

    KRÈME, Huile SOS Équilibrante, la petite bombe botanique.

    Une alchimie de 5 huiles végétales précieuses couplées à des probiotiques.

    On aime (nous sommes juge et partie) : l'ajout de probiotiques, le fini velouté, l'effet peau douce dès le le lendemain, la certification BIO et l'origine France des ingrédients.

    SUSANNE KAUFMANN, Face Oil Line F

    Huile de brocoli, d’abricot, de carotte dans une texture fine qui pénètre rapidement et cible les peaux à mixtes à grasses.

    On aime : la texture à pénétration rapide qui diffuse pourtant du confort.

    Susanne Kaufmann Huile Face Oil
    LA PROVENCALE BIO, Huile de Jouvence

     

    Une huile-sérum bio à l'huile d'olive AOC Provence. 

    On aime ? la texture riche sous les doigts mais qui pénètre vite, le bon rapport qualité-prix, la certification bio.

    Huile La Provencale Bio

     


    Découvrez les soins Krème :

    Pictogrammes Krème Pictogrammes Krème

    Laissez un commentaire