Phénoxyéthanol : quel danger pour la santé ?

Phénoxyéthanol : quel danger pour la santé ?

Article précédent Article suivant

Le phénoxyéthanol est un conservateur synthétique largement utilisé en cosmétique. Sa concentration est autorisée jusqu’à 1 % dans l'Union Européenne, mais sa présence dans nos produits de soins suscite de nombreux débats. Suspecté d’être un perturbateur endocrinien, il est souvent décrié. Que faut-il penser du phénoxyéthanol dans nos cosmétiques ? Quel danger peut-il représenter pour la santé ? Le point dans cet article.

Qu'est-ce que le phénoxyéthanol ?

Le phénoxyéthanol est un conservateur synthétique : il empêche le développement de micro-organismes qui pourraient altérer la bonne utilisation de votre crème anti-âge, de votre fond de teint, protection solaire... Cet ingrédient est un conservateur très efficace et particulièrement coriace avec les bactéries. Il est produit par éthoxylation, un procédé qui fait réagir du phénol et de l'oxyde d'éthylène à une température et une pression élevées.

 

Le problème du phénoxyéthanol (et des conservateurs synthétiques en général) : il ne fait pas la différence entre les bactéries pathogènes (à savoir les bactéries néfastes pour la peau) et les bactéries commensales (bonnes bactéries) qui protègent notre peau à sa surface. Il vient donc déséquilibrer la flore bactérienne.

Pourquoi le phénoxyéthanol est-il suspecté dangereux ?

Selon INCI Beauty, le phénoxyéthanol est encore présent dans presque 30 % des cosmétiques. Quel risque représente-t-il vraiment ? 

L'Union Européenne interdit le phénoxyéthanol à plus de 1% de concentration. Au niveau français, la question fait débat entre deux camps. 

D'un côté, l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament), qui avait émis un avis dans lequel elle recommandait d’interdire totalement le phénoxyéthanol dans les produits bébé pour le siège et de le limiter à une concentration maximale de 0,4 % pour les enfants de moins de 3 ans, pour lesquels il serait particulièrement à risque.

Dans cette étude, un groupe d’experts européens invalide cette recommandation qui indique que le phénoxyéthanol reste sans danger sous la barre des 1%, même pour les tout-petits, mais l’ANSM alerte sur l’effet "cocktail" via cette analyse. Car si appliquer un produit contenant du phénoxyéthanol de manière occasionnelle peut être sans danger, c’est la fréquence et la multiplication des soins qui contiennent ce conservateur qui peuvent être dangereuses.

 

De l'autre côté, la FEBEA (Fédération des Entreprises de la Beauté), le syndicat du secteur de la cosmétique. Suite à une décision du Conseil d'État du 4 décembre 2019 et aux nombreuses demandes de la FEBEA, l'ANSM a dû revoir sa position (plus d'informations ici).

 

Enfin, l’ANSM alerte sur des liens entre la concentration en acide phénoxyacétique (composant du phénoxyéthanol) et la fertilité. Ayant un effet potentiel sur les hormones, le phénoxyéthanol est donc suspecté d’être un perturbateur endocrinien.

Quel danger pour ma peau et celle de mon bébé ?

Par mesure de précaution, il peut être recommandé d’éviter les cosmétiques formulés avec du phénoxyéthanol. Pourquoi ? Car il peut être allergisant pour les peaux sensibles et fragiles. Le risque est donc de provoquer des réactions allergiques, des rougeurs et des irritations.

Par mesure de précaution, on recommande de limiter au maximum les soins contenant du phénoxyéthanol pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants de moins de 3 ans. La Food and Drug Administration (FDA) américaine a émis recommande aux mères allaitantes de ne pas appliquer de soins contenant du phénoxyéthanol, son ingestion par les nourrissants étant à risque.

Si vous êtes maman, soyez également vigilante sur la composition des lingettes bébés si vous en utilisez. En effet, depuis 2019, l’ANSM oblige les fabricants de produits non-rincés utilisant du phénoxyéthanol la mention qu’ils ne peuvent pas être utilisés sur les fesses des enfants de 3 ans ou moins. Mais certaines marques ne seraient pas au diapason, selon 60 millions de consommateurs. Encore une fois, cet avis est en débat.

" Si le phénoxyéthanol, pourtant controversé, est aussi présent, c'est qu'il s'agit d'un conservateur efficace, facile à formuler, mais surtout très bon marché pour les fabricants "

Le phénoxyéthanol est-il polluant pour l'environnement ?

Bien que le phénoxyéthanol soit un conservateur biodégradable (biodégradation supérieure à 60 % obtenue dans les 10 jours), son procédé de fabrication fait débat. En effet, le phénoxyéthanol est obtenu par un procédé chimique très polluant, l’éthoxylation. La fabrication du phénoxyéthanol est à la fois dangereuse pour l'homme (inflammable, irritante, génotoxique), toxique pour l'eau et les sols et très énergivore. C'est pour cette raison que ce conservateur est interdit par de nombreux labels bio comme Nature & Progrès.

La sélection :
Abonnez-vous à la newsletter !
10% offerts sur votre première commande.
1 mail par semaine pour mieux comprendre sa peau.

Par quoi remplacer le phénoxyéthanol dans nos cosmétiques ?

Le phénoxyéthanol est largement utilisé par les industriels parce qu'il est facile à formuler, sans odeur et surtout, il ne coûte pas cher.

Quid du phénoxyéthanol naturel ? On entend parfois parler du phénoxyéthanol d’origine naturelle, car il est naturellement présent dans le thé vert. Mais ne vous y trompez pas, c'est toujours sa version synthétique que vous retrouvez dans vos cosmétiques.

 

Fort heureusement, il existe de nombreuses alternatives plus respectueuses de la peau et de l’environnement.

Cosgard, vitamine E ou encore extrait de pépins de pamplemousse, ces antioxydants et agents anti-microbiens se trouvent surtout dans les cosmétiques naturels pour éviter le rancissement des produits formulés à base d’huiles et beurres végétaux ou dans les soins aqueux pour éviter l’apparition de microbes et bactéries. Et bonus, ils sont autorisés par les labels bio. Attention toutefois à certains conservateurs autorisés en bio qui peuvent être néanmoins agressifs pour la peau. C’est notamment le cas de l’alcool benzylique : peaux fragiles s'abstenir.

​​​​​​​​​​​​​​Le mieux, à nos yeux, est d’opter pour des soins sans conservateurs. C’est ce que propose une génération de soins formulés sans conservateur qui émerge, dont Krème fait partie. Comment est-ce possible ?

  • en limitant au maximum l'eau dans nos soins, dès que c'est possible
  • en utilisant des anti-microbiens naturels, comme le citron, le thym, mais aussi - et surtout - les probiotiques, et des stabilisateurs doux.

Notre sélection sans conservateur :

Pour conclure

Bon marché et efficace, le phénoxyéthanol n'est pas prêt de disparaître de nos produits cosmétiques. Si vous souhaitez l'éliminer, il est facilement identifiable dans la liste d'ingrédients de vos soins. Bien sûr, il faut faire preuve de mesure car, dans ce cas, son statut n'est ni noir ni blanc. Mais ce qui est certain, c'est que des alternatives bien plus respectueuses de la peau existent, avec des conservateurs plus doux... voire des alternatives aux conservateurs comme proposent les soins Krème.

La sélection :
La marque :
Image la marque

Notre mission : rééquilibrer naturellement votre peau. Pour cela, nous formulons des soins bio, aussi sûrs que sains.

Sur le même sujet