Perturbateurs endocriniens dans nos cosmétiques : quel danger ?

Perturbateurs endocriniens dans nos cosmétiques : quel danger ?

Article précédent Article suivant

Les perturbateurs endocriniens sont souvent sujets à polémique lorsqu’on parle de la formulation de nos cosmétiques, mais que faut-il en penser vraiment ? Comment agissent ces substances et sont-elles toutes à bannir de nos produits de beauté ? On fait le point dans cet article.

Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ?

Un perturbateur endocrinien (ou PE) est un agent chimique capable d’influencer notre système hormonal. Comme son nom l’indique, le PE perturbe les glandes endocrines, responsables de la production d’hormones.

 

Mais pourquoi les perturbateurs endocriniens peuvent-ils être dangereux pour notre santé ? Les hormones produites par notre organisme sont nécessaires pour le bon fonctionnement du corps car elles sont à l’origine de nombreux mécanismes comme la croissance, la puberté, le sommeil, le rythme cardiaque… Le système endocrinien est composé de nombreuses glandes endocrines (hypophyse, hypothalamus, thyroïde…), qui sécrètent chacune des hormones différentes. Transportées par le système sanguin, les hormones se fixent aux organes et tissus auxquels elles sont destinées en fonction de leurs récepteurs. Et c’est là que le perturbateur endocrinien entre en scène : il se fixe sur les récepteurs destinés aux hormones en imitant certaines de leurs propriétés. Résultat : les organes et tissus concernés peuvent être sur-sollicités sans raison ou, au contraire, leur bon fonctionnement peut être perturbé car les hormones ne peuvent plus s’y fixer.

 

Selon l’OMS, pour être reconnue comme perturbateur endocrinien, une substance doit présenter un effet nocif pour la santé et avoir une influence sur l’activité endocrinienne. Le lien entre l’effet nocif de cette substance et son activité sur les hormones doit avoir été établi par des études sérieuses et fiables.

Où trouve-t-on des perturbateurs endocriniens ?

Certains perturbateurs endocriniens sont volontairement introduits dans l’organisme dans le cadre de traitements médicaux, comme les perturbateurs liés à la contraception ou le traitement de la stérilité.

Cependant, la plupart des PE ne sont pas volontairement produits dans ce but et se retrouvent dans nos produits de consommation courante. C’est le cas par exemple du BPA (Bisphénol A), qui est encore utilisé pour la fabrication de certaines résines plastiques, présent sur de nombreux emballages de produits variés : dans l’intérieur des boîtes de conserve, les lunettes, emballages plastiques...

On retrouve aussi des perturbateurs endocriniens dans de nombreux emballages et formulations de produits cosmétiques, dans des enduits, colles, peintures, vêtements, fruits et légumes (surtout ceux qui sont importés de très loin), la viande, le lait, le poisson… et même dans l’eau !


 
Vous l’aurez compris, il est impossible de vivre sans être exposé aux perturbateurs endocriniens. Il est encore difficile d’évaluer leurs effets néfastes tant ils sont nombreux, et tant l’être humain y est exposé tout au long de sa vie. Depuis de nombreuses années, l’EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments) s’est penchée sur les risques induits par la présence de nombreux perturbateurs endocriniens dans notre quotidien. Ainsi, bien que certaines de ses études ont conclu que le BPA pouvait avoir un effet néfaste sur le fonctionnement du foie et des reins à trop haute dose, ces mêmes autorités ont conclu que l’être humain était exposé à un niveau trop faible de Bisphénol A pour qu’il soit réellement impacté. Bien souvent, la prévention s’applique pour limiter une possible incidence néfaste des perturbateurs endocriniens sur la santé.

 

À l’inverse, certains perturbateurs endocriniens sont d’ores et déjà interdits en France comme le DDT, un pesticide parmi les plus utilisés dans la France d’après-guerre, mais interdit dès les années 1970 pour son impact néfaste sur l’environnement et la faune, et sa persistance dans les sols. Il a par ailleurs été prouvé qu’une exposition trop importante au DDT à un niveau pré-natal (donc durant la grossesse) multipliait par 4 les risques de cancer du sein.

Quels sont les perturbateurs endocriniens les plus courants en cosmétique ?

Depuis quelques années, la législation française et la législation européenne s’intéressent tout particulièrement à la présence de PE dans nos cosmétiques.

 

Voici les perturbateurs endocriniens les plus courants en cosmétique :

  • les parabens (methylparaben, propylparaben, buthylparaben, ethylparaben, isopropylparaben, isobuthylparaben, benzylparaben) et les phtalates qui ont fait l’objet d’une certaine mise en lumière depuis quelques années ;
  • les alkylphénols que l’on retrouve dans les shampoings, nettoyants et mousses à raser ;
  • certains filtres chimiques que l’on trouve dans les produits solaires (benzophenone, oxybenzone, 4-methylbenzylidene camphre…) ;
  • le résorcinol utilisé dans tous types de colorations capillaires (aussi présent sous le nom de benzenediol, hydroxiphenol…) ;
  • le BHA (butylated hydroxyanisole) utilisé comme conservateur ;
  • le triclosan, un agent antibactérien que l’on retrouve dans des produits d’hygiène et… certains produits ménagers.

Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive et chaque année, certains ingrédients sont remis en cause quant à leur fiabilité pour la santé. D’autres composants sont également dits à risque et doivent être évités :

  • le phénoxyéthanol ;
  • le cyclopentasiloxane ;
  • le buthylphenyl methylpropional ;
  • les sels d’aluminium

"L'avantage des cosmétiques : la liste d'ingrédients est visible et permet d'identifier d'éventuels perturbateurs. Ce n'est pas le cas des protections hygiéniques ou des produits d'hygiène."

Quels sont les dangers des perturbateurs endocriniens dans nos produits de beauté ?

De nombreuses autorités sont impliquées dans le contrôle des perturbateurs endocriniens, notamment l'Union Européenne, très stricte à l’égard des produits de consommation courante comportant des PE aux effets néfastes avérés.

 

Ces dernières années, de nombreuses études ont prouvé l’incidence de certains perturbateurs endocriniens sur la fertilité, la croissance, et le risque accru de développer des tumeurs cancéreuses. Pour les femmes enceintes, il est par ailleurs recommandé de ne pas porter de vernis, parfum ou cosmétique avec fragrance car ceux-ci peuvent contenir des phtalates et augmenter le risque de fausse couche.

 

L’exposition aux perturbateurs endocriniens à faible dose est inévitable, mais l’utilisation de cosmétiques comportant un ou plusieurs PE, souvent présents sous la forme de nano-particules qui pénètrent plus facilement dans l’organisme, augmente le risque inhérent lié à leur utilisation.

 

De plus, une routine de soins visage intègre généralement 2 à 3 produits différents (et que dire d’une routine maquillage !), ce qui peut occasionner un "effet cocktail" car plusieurs PE sont alors en contact avec la peau. Il est également possible de retrouver le même perturbateur endocrinien utilisé à différentes concentrations dans différents produits.

 

Sans être alarmiste, il est donc important d’accorder une véritable attention aux formulations de nos cosmétiques afin d’éviter au maximum des ingrédients nocifs pour notre santé et notre peau.

La sélection :
-10% offerts sur votre première commande
Abonnez-vous et recevez :
✔ Votre code promo valable sans minimum d'achat
✔ Votre diagnostic personnalisé

Perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques : comment les éviter ?

Comment réduire son exposition aux perturbateurs endocriniens lorsqu’il s’agit de nos produits de beauté ? Bien sûr, certaines marques n’hésitent pas à préciser que leur produit est sans paraben ou sans phtalate, mais cela ne signifie pas qu’il est dénué d’autres ingrédients nocifs.

Intéressez-vous à la formulation de vos produits de beauté

Le premier réflexe à adopter est de prêter attention à la formulation de vos cosmétiques.  Cela peut sembler barbare au premier abord car celle-ci comporte les dénominations INCI des ingrédients. Ne vous laissez pas décourager car savoir décrypter un minimum vos cosmétiques vous permettra d’avoir un regard plus averti qui va au-delà des promesses marketing des grandes marques. Par exemple, certaines marques axent leur discours marketing sur un ingrédient en particulier qui n’est en fait présent qu’en infime quantité ?

 

Pour vous aider à faire le tri, nous vous recommandons les applications pour décrypter les cosmétiques comme Yuka, INCI Beauty ou encore Clean Beauty. Elles ont toutes leur petit + et vous permettent en un coup d'œil de mieux évaluer la qualité de vos produits de soins.

Privilégiez des cosmétiques certifiés bio

Pourquoi préférer les cosmétiques bio ? Les chartes BIO interdisent tout ingrédient synthétique, hormis pour les conservateurs. Côté conservateurs, c’est ici que le bât blesse pour les produits de beauté traditionnels, où se trouvent bien souvent de nombreux perturbateurs endocriniens. Côté bio, les conservateurs utilisés pour les cosmétiques sont scrupuleusement contrôlés et d’origine naturelle. Ainsi, sans diaboliser la cosmétique traditionnelle, l'emploi de cosmétiques BIO réduit drastiquement le risque de retrouver dans sa liste d'ingrédients des composants supposés perturbateurs endocriniens.

 

Les produits Krème ne contiennent aucun perturbateur endocrinien avéré ou suspecté. Nous avons choisi d’aller encore plus loin que ce qu'exigent les labels BIO : nos produits ne contiennent aucun conservateur, leur couleur provient uniquement d’ingrédients actifs (comme la spiruline pour notre gelée fraîche nettoyante) et nos parfums sont naturels et sans allergène. N’hésitez pas à vous tourner vers nos routines visage et corps adaptées à tous les types de peaux.

Nos produits cosmétiques sains

Le mot de la fin ? Quand il s’agit de perturbateurs endocriniens, nous recommandons surtout d’appliquer le principe de précaution. Dans l’idéal, nous vous conseillons d’adopter une routine de cosmétiques bio, ou au moins de remplacer quelques-uns de vos produits habituels. Si vous utilisez des soins industriels, bannissez d’ores et déjà ceux qui comportent des PE avérés et évitez au maximum les ingrédients à risque en vous aidant de l'application de scan de votre choix. Surtout, soyez vigilant en cas de grossesse, pour les bébés, les enfants et les adolescents.

La sélection :
La marque :
Image la marque

Notre mission : Rééquilibrer naturellement votre peau. Pour cela, nous formulons des soins bio, aussi sûrs que sains.

Sur le même sujet

LIVRAISON 72H OFFERTE

Dès 49€ d'achat en France

-10% SUR VOTRE 1ÈRE COMMANDE

Rejoignez la newsletter Krème : conseils, actus, offres : rejoignez l’aventure et recevez -10% par e-mail.