Comment reconnaître et traiter mon acné hormonale ?

Comment reconnaître et traiter mon acné hormonale ?

Article précédent Article suivant

Si vous avez de l'acné, mettons les choses au clair : vous n'êtes pas seul(e) dans ce pays ! Cette pathologie de peau touche environ 3,3 millions de Français de plus de 15 ans, selon une étude de la Société française de Dermatologie. Ces dernières années, on observe un boom de l'acné adulte hormonale. Souvent mal perçue, elle peut rapidement devenir source de complexes. Comment identifier l'acné hormonale ? Quand survient-elle ? Quelles solutions existent pour la traiter efficacement ? Voici un guide pratique.

Qu’est-ce que l’acné hormonale ?

L’acné hormonale est un type d’acné qui apparaît à cause d’un dérèglement hormonal. En effet, sous l’impulsion des hormones, les glandes sébacées produisent du sébum en trop grande quantité, qui va alors être “emprisonné” sous la peau. Résultat : la peau s’enflamme, donnant lieu à des boutons kystiques rouges sur le visage, souvent douloureux. Si l’acné hormonale apparaît régulièrement à l’adolescence avec la puberté, les adultes n’en sont malheureusement pas exemptés. Selon le docteur Nina Roos, dermatologue et auteur du livre Une peau en pleine forme, 40 % des adultes âgés entre 30 et 40 ans en ont régulièrement. Ce sont les femmes qui sont les plus touchées ; on estime que plus de 70 % d’entre elles seraient sujettes à l’acné au moins une fois au cours de leur vie.

Comment reconnaître l’acné hormonale ?

Il existe deux grands indices pour identifier un l'acné hormonale :

  • Les boutons sont souvent des microkystes rouges et douloureux (pustules et/ou papules), et non des points blancs ;
  • Les boutons sont très souvent localisés sur la zone basse de votre visage (mâchoire, menton et cou), et parfois le haut du dos ou le début de la poitrine, beaucoup moins sur le front.

 

Quelles sont les causes de l’acné hormonale chez l’adulte ?

Plusieurs causes peuvent déclencher de l’acné hormonale chez les adultes, notamment chez les femmes, plus sujettes aux variations hormonales que les hommes.

L'acné hormonale est aujourd'hui l'affection cutanée n°1 en France, devant l'eczéma.

1. Le cycle menstruel

Vous avez repéré des petits boutons disgracieux qui surviennent sur le visage avant ou pendant vos règles ? Cet acné est peut-être lié à votre cycle et aux variations des hormones œstrogènes et progestérone. Si certaines hormones féminines ont des impacts bénéfiques sur la peau, comme l’œstrogène qui possède une action à la fois anti-sébum et hydratante, d’autres hormones ont un impact moins favorable. On peut citer la progestérone et les hormones androgènes présentes aussi chez la femme en faible quantité, dont la plus connue est la testostérone. Les hormones fluctuent au cours du cycle menstruel, ce qui a des conséquences sur votre peau.

  • Pendant les règles : les taux de progestérone et d’œstrogènes sont au plus bas, le taux de testostérone est alors majoritaire et la peau produit plus de sébum... l'acné fait surface.

  • Période pré-ovulation : le taux d’œstrogène est au plus haut... l'acné se retire.

  • Période post-ovulation : le taux de progestérone augmente et le taux d’œstrogènes chute... l'acné revient progressivement.

  • Avant les règles : les taux de progestérone et d'oestrogènes chutent, la testostérone devient l’hormone majoritaire et la production de sébum repart... l'acné revient !

 

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il existe 3 périodes un peu critiques dans votre cycle menstruel où l’acné peut survenir : la semaine avant vos règles, pendant, et juste après votre ovulation.

-10% sur votre première commande
Abonnez-vous et recevez :
✔ Votre code promo valable sans minimum d'achat
✔ Votre diagnostic personnalisé
2. Les bouleversements hormonaux de la vie

La vie d’une femme est faite de bouleversements hormonaux plus ou moins naturels, ce qui induit des changements cutanés.

 

La puberté

Lors de l'adolescence, les hormones sont en ébullition, et plus particulièrement les hormones androgènes dont la testostérone. Les glandes sébacées produisent trop de sébum (la séborrhée), ce qui provoque l'apparition de boutons. On parle alors d'acné juvénile.

La pilule contraceptive

En bloquant certaines hormones ou en activant d’autres, elle favorise ou non la poussée d’acné hormonale. Par exemple, les œstroprogestatives ou combinées diminuent la production d’hormones androgènes, réduisant ainsi l'acné. À l’inverse, d’autres pilules, comme les progestatives, peuvent augmenter ce taux et par conséquent favoriser l’acné.

Mais que se passe-t-il quand on arrête la pilule ? S'il s'agissait d'une pilule combinée ou œstroprogestative, il est fort probable de connaître une poussée d’acné hormonale. En effet, les androgènes, qui n’étaient jusqu’alors plus sécrétées, vont être désormais produites à plus grande échelle par le corps.

 

La grossesse

Tomber enceinte provoque un bon nombre de chamboulements hormonaux. La progestérone et les œstrogènes augmentent fortement, et de nouvelles hormones sont sécrétées, comme l’HCG (hormone gonadotrophine chorionique) en début de grossesse ou l’ocytocine au moment de l’accouchement. Toutes les femmes ne réagissent pas de la même manière à ces modifications hormonales. Certaines vont avoir un teint radieux quand d’autres auront de l’acné hormonale.

 

La ménopause

Vers 45/50 ans, le taux d’œstrogènes et de progestérone se réduit : c’est la ménopause. En plus de voir une peau qui s’affine et qui est plus réceptive aux facteurs du vieillissement cutané, il n’est pas rare de voir apparaître de l’acné. En cause : les hormones androgènes (encore elles !), dont la testostérone, qui prennent le dessus sur les hormones féminines. Résultat : le sébum est produit en excès, la peau a tendance à devenir plus grasse et les boutons surgissent, provoquant des lésions.

3. Le SOPK (syndrome des ovaires polykystiques)

On estime qu’une femme sur 10 est atteinte du SOPK en France. Le SOPK est dû à un dérèglement hormonal d’origine ovarienne et/ou au niveau du cerveau. Il entraîne une production excessive d’androgènes, en particulier de testostérone, habituellement produites en petite quantité dans l’organisme féminin. Les symptômes sont multiples : cycles menstruels irréguliers, voire absence de règles, infertilité, hyperpilosité, perte de cheveux et acné hormonale. Si vous avez un doute, parlez-en à votre médecin.

Comment traiter mon acné hormonale ? Conseils.

Geste 1 : adapter sa routine beauté

Lorsqu’on souffre d’acné hormonale, il est important d’adapter son rituel beauté pour limiter la prolifération des bactéries et assainir la peau, tout en respectant le microbiome cutané et la barrière hydrolipidique. Nos conseils :

 

1. Optez pour un nettoyage visage doux mais assainissant, qui va purifier la peau sans la dessécher, ni la décaper. Bannissez les eaux micellaires, qui contiennent des tensioactifs trop agressifs, et choisissez des textures plus douces au pH neutre, plus respectueuses. Notre sélection : la Gelée Fraîcheur Nettoyante Krème, enrichi en probiotiques, thym anti-imperfections et spiruline et le Gel nettoyant SVR Sebiaclear au gluconolactone.

2. Vous pouvez parfaire le nettoyage avec une eau florale de lavande ou de laurier, ou une lotion purifiante comme la Vinopure de Caudalie.

 

3. Attaquez-vous maintenant aux boutons avec un sérum ciblé anti-imperfections qui a pour rôle de traiter le bouton enflammé. Choisissez votre sérum comprenant des actifs ciblés acné, comme l’acide salicylique, la niacinamide ou encore l’acide lactique. Notre sélection : le soin Booster à l’acide salicylique État Pur, le sérum à la niacinamide Typology et le soin 10 % pâte de soufre (sulfur paste) Malin+Goetz (application locale uniquement)

 

4. Puis privilégiez un soin hydratant non comédogène qui va hydrater la peau sans l’étouffer. Une crème le matin et, le soir, une huile qui va nourrir, apaiser et réparer l’épiderme, tout en régulant la production de sébum.

  • Notre sélection du matin : la Crème Hydratante Vitaminée Krème qui renferme des probiotiques, de l'acide hyaluronique et des baies antioxydantes, la crème anti imperfections Keracnyl PP+ Ducray et la crème réparatrice apaisante Epitheliale A.H. A-Derma pour réduire les lésions et cicatrices.
  • Notre sélection du soir : l’Huile SOS Équilibrante Krème aux probiotiques, huile de chanvre et vitamine E.

 

5. Terminez toujours votre routine par une protection solaire si vous avez prévu de vous exposer. N’oubliez pas que toutes les peaux réagissent sous l'effet des rayons UV. Résistez également à la tentation de toucher les boutons blancs et autres points noirs. En les perçant, vous contribuez à propager les bactéries et à accélérer l’inflammation, ce qui n’augure rien de bon.

Geste 2 : adopter une alimentation non-inflammatoire

Une alimentation riche en sucres et graisses, la consommation excessive de produits laitiers, des carences en vitamines et minéraux ou encore l’alcool sont des facteurs aggravants de l’acné hormonale. Pour cela, privilégiez les légumes, légumineuses et fruits riches en vitamines, notamment vitamines A, B5 et C, en zinc et fer, minéraux qui aident à la cicatrisation des boutons. Vous pouvez également combiner une alimentation plus saine et variée à une cure de compléments de zinc (3 mois), suivie d'une cure de probiotiques (3 mois).

Certaines infusions, comme l'Infusion Bio Digestion et peau saine de Krème, contiennent des plantes aux vertus anti-inflammatoires qui rééquilibrent l'axe intestin-peau. Plantes à repérer : sauge, mauve, curcuma !

 

Les traitements médicamenteux pour soigner l’acné hormonale

Si votre acné hormonale n'évolue pas malgré ces tentatives de traitements naturels, il est alors temps de prendre rendez-vous chez votre médecin ou votre dermatologue. Vous pourrez aborder avec lui la possibilité d'un traitement médicamenteux. Deux étapes existent :

  • Un traitement antibiotique, souvent accompagné d'une crème à base de peroxyde de benzoyle ou rétinoïde, comme Epiduo à appliquer localement sur les boutons ;
  • Un traitement par voie orale à l'isotrétinoïne, à prendre sur 6 mois, qui réduit l'activité des glandes sébacées. Il est possible de prendre le traitement sur un temps plus long (presque un an et demi) pour diminuer la dose journalière et limiter les effets secondaires (yeux secs, lèvres sèches...). Ce traitement est incompatible avec un projet de grossesse.
La marque :
Image la marque

Notre mission : Rééquilibrer naturellement votre peau. Pour cela, nous formulons des soins bio, aussi sûrs que sains.

Sur le même sujet

LIVRAISON 72H OFFERTE

Dès 45€ d'achat en France

-10% SUR VOTRE 1ÈRE COMMANDE

Rejoignez la newsletter Krème : conseils, actus, offres : rejoignez l’aventure et recevez -10% par e-mail.