Comment choisir une crème solaire biodégradable ?

Comment choisir une crème solaire biodégradable ?

Article précédent Article suivant

Alors que des régions, comme Hawaï, interdisent les crèmes solaires et que des zones sans crème solaire voient le jour au Mexique, en Australie ou encore aux Caraïbes, les marques de cosmétiques solaires s’intéressent de plus en plus à la Blue Beauty, cette approche globale qui vise à protéger les milieux aquatiques. Du packaging éco-conçu à la formulation plus naturelle et biodégradable, les protections solaires sont de plus en plus respectueuses de la flore et de la faune marine. Mais comment bien choisir sa crème solaire biodégradable sans tomber dans le greenwashing (ou plutôt le bluewashing) ? Décryptage.

Que signifie biodégradable en cosmétique ?

Une formule biodégradable possède une forte capacité à se décomposer grâce à des organismes vivants (champignons, levures, bactéries…), que ce soit dans le sol ou dans l’eau. Quand un produit cosmétique est 100 % biodégradable, cela signifie que l'intégralité de ses ingrédients est mangée par des bactéries.

 

Pour évaluer la biodégradabilité d’une formule, plusieurs paramètres sont à prendre en compte, comme le taux d’oxygène, l’émission de dioxyde de carbone, la production de biomasse produite et la disparition de la matière. S’ils sont relativement simples à étudier séparément, ils sont malheureusement assez complexes à mesurer ensemble.

 

Comment la notion de biodégradabilité est-elle encadrée par la législation française et européenne ? Aujourd'hui, une marque peut afficher la mention “facilement biodégradable” lorsque son produit est dégradé naturellement à plus de 70 % en 28 jours. C’est la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) qui est chargée de contrôler les allégations sur les étiquettes.

 

Pour les protections solaires, un second test est effectué en eau de mer. Si le taux de biodégradabilité minimal est également de 70 % pour avoir la mention biodégradable, leur durée de décomposition est plus longue (60 jours), car les bactéries sont moins présentes dans les mers et océans.

Pourquoi choisir une crème solaire biodégradable ?

Saviez-vous qu'après 20 minutes de baignade, 25 % de votre crème est déjà diluée dans l’eau ? Cela représente tout de même près de 25 000 tonnes de composants issus des protections solaires déversés dans les rivières, lacs, mers et océans chaque année. Et ces composants ont parfois des effets néfastes sur les organismes vivants (végétaux comme animaux) des fonds marins, détruisant partiellement ou totalement leur écosystème. Choisir une crème solaire biodégradable est donc faire un geste pour préserver l’environnement.

Une crème solaire naturelle est-elle forcément biodégradable ?

Même s'il est monnaie courante d’associer biodégradabilité et naturalité, nous avons le regret de vous dire que non, une crème solaire naturelle n'est automatiquement biodégradable. Toutefois, elle a beaucoup plus de chances de l'être !

 

Par définition, une crème solaire naturelle est formulée avec un minimum d’ingrédients d’origine naturelle, notamment des filtres minéraux (oxyde de zinc et/ou dioxyde de titane) qui réfléchissent les rayons ultraviolets, contrairement aux filtres chimiques (ou organiques) qui absorbent les UV. Mais il se peut que certaines protections n’aient pas un taux de biodégradabilité optimal, du fait que certains ingrédients naturels ne se dégradent pas ou peu dans la nature. Par exemple, les substances minérales, comme les filtres minéraux, ne sont pas biodégradables.

 

Cela est-il forcément moins bien pour les océans ? Le fait de choisir une crème solaire la plus naturelle possible contribue sans aucun doute à préserver l’écosystème marin, puisqu’elle ne contient pas (ou très peu) d’ingrédients toxiques sur les organismes vivants. Alors, quels sont les ingrédients néfastes pour la nature ? Parmi eux, on retrouve en tête de liste l’oxybenzone et l'octocrylène, à foncièrement éviter, mais aussi le 4-methylbenzylidene, le BHA (butylhydroxyanisol) et certains parabens, dont les effets néfastes sont amplifiés par le soleil.

"Choisir une crème solaire la plus naturelle contribue à préserver l'écosystème marin, même si sa formule n'est pas entièrement biodégradable."

Comment savoir si ma crème solaire est biodégradable ?

Nous l’avons vu plus haut, pour qu’une crème solaire soit mentionnée “biodégradable”, il faut que sa formule ait un taux de biodégradabilité supérieur ou égal à 70 %. Malheureusement, peu de marques font un véritable test de biodégradabilité ; il est donc très difficile de déterminer si une crème solaire est biodégradable ou non, surtout qu'il n'existe aucun logo réglementé et officiel à ce sujet.

Mais le sujet a pris tellement d'ampleur depuis quelques années que les marques de cosmétiques font de plus en plus de recherches pour limiter leur impact sur l’écosystème aquatique et améliorer leurs formulations. Certaines composent désormais leurs produits avec des formules parfois entièrement naturelles, enrichies en huiles et actifs d’origine végétale et filtres 100 % minéraux et plus résistantes à l’eau.

 

Attention toutefois à bien faire attention au bluewashing. Une marque reversant une partie de ses bénéfices à des associations peut très bien avoir une crème solaire non biodégradable ou non éco-responsable. De même, certains logos apposés sur les packagings sont créés par les marques pour (r)assurer mais n'ont rien d'officiel. On les retrouve sous les dénominations "water-friendly", "ocean respect", "coral friendly", "ocean protect", etc.

Notre conseil pour ne pas tomber dans le piège du bluewashing : ne pas hésiter à demander aux marques si elles ont fait le test de biodégradabilité et voir si elles vont plus loin dans la démarche éco-responsable (tests d'éco-toxicité, packaging en carton ou en plastique recyclé, made in France ou le circuit court pour avoir un impact carbone le plus neutre possible...).

Abonnez-vous à la newsletter !
10% offerts sur votre première commande.
1 mail par semaine pour mieux comprendre sa peau.

5 crèmes solaires éco-responsables pour protéger sa peau et la vie marine

Kerbi : des crèmes solaires qui respectent la peau et les océans
Kerbi - Lait solaire corps et visage SPF50 certifié bio, 23€ (100ml)

Créée en Bretagne, cette marque de soins solaires a tout pour plaire : une composition certifiée bio, un seul filtre solaire minéral utilisé (l’oxyde de zinc, connu comme étant le moins impactant pour la biodiversité marine) et une texture non grasse, facile à étaler et qui ne laisse pas de traces blanches. C'est validé de notre côté !

SeventyOne Percent : la nature au cœur de leurs soins solaires
SeventyOne Percent - Crème solaire corps Eco Sun Spray Invisible, 28,90€ (100ml)

Fondée par deux surfeurs, la marque SeventyOne Percent propose des protections solaires aux formules naturelles (huiles et actifs d’origine végétale) made in France. Nous aimons leur composition avec des filtres minéraux sans nanoparticules et qui s’étalent facilement, sans laisser de film gras. Bonus : leurs packagings sont en partie fabriqués à base de bouteilles de lait recyclées.

Laboratoires de Biarritz : conjuguer naturalité et protection
Laboratoires de Biarritz - Spray solaire famille SPF50+ bio, 29,50€ (150ml)

Laboratoires de Biarritz allie depuis son lancement le respect de la vie aquatique avec celui de notre peau, sans rogner sur la protection anti-UV. Si les textures sont fluides et légères, les crèmes solaires peuvent néanmoins laisser quelques traces blanches. Nous validons les compositions certifiées bio et les packagings en plastique recyclé, encre verte...

Biotherm : la gamme WaterLover pour respecter la vie marine
Biotherm - Lait solaire hydratant Waterlover SPF50+, 30€ (200ml)

Depuis 2012, la marque s’engage dans la préservation de la vie aquatique en développant une ligne de soins solaires, WaterLover, dont certains produits sont certifiés Nordic Swan Ecolabel. Sans toucher à la sensorialité propre à la marque, les formules sont plus naturelles et biodégradables à 94 % minimum. Les packagings sont fabriqués soit en plastique recyclé, soit en carton.

Uriage : la protection des coraux et de la peau
Uriage Lait hydratant SPF50+ Bariésun, 16,90€ (200ml)

Pour développer les nouvelles formules de leurs protections solaires Bariésun, Les Laboratoires Dermatologiques d’Uriage ont mené des études avec l’Institut de Recherche et Développement à Nouméa directement sur un site de corail pour démontrer l’innocuité des ingrédients dans les océans. On aime également leur approche de réduction de plastique avec leurs packagings éco-conçus et leurs textures toujours aussi faciles à appliquer, sans laisser de traces blanches.

Nos nouveautés

Ce qu’il faut retenir pour choisir une crème solaire biodégradable respectueuse de l’environnement marin, c’est avant tout de regarder sa composition. Privilégiez les formulations avec un maximum d’ingrédients d’origine naturelle (en nom latin), voire issus de l’agriculture biologique, et limitez les filtres chimiques au maximum. Les logos apposés sur les packagings peuvent aider à vous y retrouver mais prudence, car il faut qu’il y ait un vrai engagement et pas seulement avoir affaire à du bluewashing.

La sélection :
La marque :
Image la marque

Notre mission : rééquilibrer naturellement votre peau. Pour cela, nous formulons des soins bio, aussi sûrs que sains.

Sur le même sujet